Une histoire de rayures

Facebook, je t’aime, mais tes likes ne remplaceront jamais un seul compliment verbal, un seul appel téléphonique ou un regard silencieux dans la vraie vie: tu as pour sûr un ciblage indiscutable et une audience plus large que celle qu’on peut croiser au quotidien, mais ton quota « véracité de » reste toujours en suspens. Qui se nourrit de qui au final? Nos vies de toi ou l’inverse? Interdépendance? Obsession?