Time

J’ai un problème

Je manque de temps

Cruellement

J’ai envie de voir les miens, de passer plus de temps avec mon homme, de donner encore plus de cours de danse mais surtout d’en prendre davantage. J’ai envie de faire une énorme fête pour réunir tous ceux que j’aime. Sans prétexte. Juste pour les voir, leur sourire, les embrasser autour d’une bonne musique qu’on kiffe tous. J’ai envie d’entendre les éclats de rire de mes petits cousins. J’ai envie de repartir très loin. New York me manque affreusement.

J’ai envie de passer plus de temps en cuisine. Il se trouve que j’adore cuisiner. Que je jubile comme une enfant quand je tombe sur la recette de muffin la plus légère au monde (sans beurre sans sucre oui oui). J’ai envie d’un massage. J’ai envie de dormir 2 jours d’affilées. J’ai envie de me retrouver sur une terrasse, mes lunettes sur le nez et les jambes à l’air. J’ai envie de sentir la chaleur du soleil, sentir le sable chaud. J’ai envie de faire la sieste de 15h qu’on ne se permet qu’en vacances. J’ai envie de plonger dans une piscine.

J’ai envie de passer du temps avec ceux qui sont loin : WhatsApp et Facebook ne m’ont jamais suffi ; mais là je suis en manque accru de chair et de tactile. J’ai envie de parler de vive voix et de vive visage à mon amie qui a accouché, faire une tournée des bars avec mon frère à Montréal, m’attabler avec une bonne pâtisserie, mettre mon corps hors de sa zone de confort en allant dans un cours avancé à New York, histoire de me fouetter l’anatomie et le cerveau. Histoire de secouer le challenge et de trémousser l’ambition.

J’ai envie d’enfiler ma plus belle robe et passer chercher mes acolytes pour retourner nos endroits parisiens favoris. Envie de me perdre dans les rues de Milan pour finir dans une petite pizzeria qui ne paye pas de mine mais qui emmène mon palais au 7ème ciel.

J’ai envie de faire des vidéos de danse. Envie de faire encore plus de shooting. Ça fait des mois que je me dis que je vais voir à quoi ressemble le musée de l’Homme qui vient d’ouvrir. Quelques semaines que je passe devant ce resto en me disant que je vais finir par m’y assoir. Quelques jours que je me dis que je dois écrire. Quelques heures que je me suis dit allez aujourd’hui tu prends quelques minutes.

Il y a des choses qui supposent quelques instants volés et d’autres qui réclament le cœur et le corps. S’investir. Plonger. S’oublier. Se consacrer. Et je me dis que je ne peux pas être partout. J’essaye pourtant. Mais rien n’y fait. J’en suis arrivée à tout noter. Histoire de rien oublier. Parfois je souris en imaginant avoir une assistante qui retiendrait mes chorégraphies pour moi ou qui me cuisinerait ce dont j’ai envie. Qui ferait les courses, me dresserait les vêtements au jour le jour, me rappellerait les anniversaires importants. Un disque dur externe humain.

Histoire de ne penser qu’à l’essentiel.

C’est que j’ai envie de tout faire aussi.

Mes aînés m’ont souvent répété que ça passait trop vite. Et j’ai toujours écouté ça vaguement. Le genre de phrase qu’on a aisément envie de laisser à celui qui la prononce. Le déni. Ou l’inconscience.

J’aime me mettre à l’abri de la cruauté silencieuse de ce monde : j’y danse. J’aime me blottir dans les bras de l’univers sans oublier les cordages. L’ivresse déteste le répit.

A.

 

Publicités