Amourez-vous?

L’amour. Quand j’écris ce mot, j’ai beau le lire, le regarder, le disséquer, il ne laisse rien transpirer. Comme un mot qui veut tout et ne rien dire en même temps. Et c’est là toute sa force. Tout et rien. Tout ou rien.

J’ai toujours considéré l’amour comme une source d’énergie inépuisable : il y a celui des parents, l’unique, l’irremplaçable et surtout l’inconditionnel. Peu de choses le sont aujourd’hui, gardez-vous de vous en délecter, avant qu’ils ne soient plus là (ou qu’on parte avant d’ailleurs).

Et puis il y a toutes les autres formes d’amour : le passionnel, le compliqué, l’embarrassant, le familier, le religieux, le platonique, l’amour propre, l’inaccessible, l’interdit et j’en passe. Autant de formes que d’humains. Autant d’humains que de corps. Autant de corps que de visages. Autant de visages que d’émotions.

Comme avec ma notion de toujours, je n’arrive pas à associer l’amour à une seule définition. C’est pas faute d’essayer. Les équations changent trop vite. Je ne vais pas vous cacher : je suis nulle en mathématique. Les X, les Y, les variantes, les matrices, ce n’est pas ma tasse de thé. Moi je suis plus adepte de la syntaxe, du subtil, des regards qui brillent, de la peau qui s’hérisse. Du ressenti, du langage du corps. J’aime les points d’interrogations, les points de suspensions, les virgules du temps et les points finaux. J’aime les histoires d’amour. Autant au début qu’à la fin. Rien n’est établi. Tout se transforme.

La folie douce. Le sourire bête. L’éclat de rire malicieux.

La construction. Les mains dans les mains. L’unisson.

Moi j’ai grandi avec Pocahontas, Mulan, Princesse Sissi. On m’a édulcoré ce monde-là. On ne m’a jamais rien dit de la réalité. J’ai toujours eu droit aux «  et ils eurent de beaux enfants et vécurent heureux ». Aucun dessin animé n’est allé au-delà. Aucun dessin animé ne m’a parlé de la vaisselle, des chaussettes qui traînent, du quotidien, de l’âme qui se tord. Personne.

Et puis j’ai expérimenté.

Et j’ai compris pourquoi on ne m’avait jamais rien dit.

Il n y a pas de logique dans l’amour. De calcul qu’on apprend et qui garantit le résultat. De règles précises à suivre. De recette du bonheur. Chaque histoire a son contexte. Chaque âge a ses rouages. Et chaque vice sa maturité. Et c’est ce qui me plaît le plus. Il y a tellement de facteurs qui entrent en compte.

Qui aurait su me décrire cela ? Qui aurait eu la prétention de m’indiquer la direction à prendre ? Encore aujourd’hui d’ailleurs.

C’est comme tout : il y a le vécu par procuration et la leçon ressentie, vécue, digérée. Les trips. Tout n’est pas noir ou blanc, y a de la nuance dans tout : la chaussette qui traine c’est aussi une installation à deux et la vaisselle c’est surtout un repas partagé à deux. Tout dépend du point de vue. Tout dépend. Tout.

A l’adolescence, on est dans la logique de plaire. Par tous les moyens. Et contrairement à ce qui se dit, ce n’est pas la période la plus propice. C’est plus tard. Quand l’ambition de partager remplace l’ambition de plaire. Tout se joue lorsqu’on sait ce qu’on ne veut pas. Lorsqu’on est franc envers soi. Sur ce qu’on veut et par sur ce qu’on nous recommande. Franchise pardi.

Etre à deux ce n’est pas se vouer. Ce n’est pas s’oublier. C’est partager. Apporter à l’autre. Evoluer ensemble. A tous ceux qui considèrent le couple comme un champ de bataille, pire, le lieu de rééducation, faites la paix avec vous-même et cessez le feu.

La seule chose que je peux affirmer c’est qu’aimer est la meilleure gymnastique des sens : c’est le seul moment où la tête et le corps se mettent d’accord. Se régénérer. A chaque histoire. Se revitaliser. C’est comme tout. Ça se muscle. Ça s’affine. Ça gagne en endurance.

Je ne sais plus où j’avais lu que l’amour c’était lorsque quelqu’un vous donnait de vos nouvelles. André Breton si je me souviens bien. J’en avais souri. C’est tellement vrai. Chaque homme m’a appris quelque chose. Et il m’en a fallu plusieurs.

Mais aujourd’hui j’aime me renouveler avec le même.

Je me demande quelle est votre gymnastique  d’ailleurs.

A.

Publicités