She said Yes…

Bonsoir tout le monde!

Comment allez vous ? Comment se passe ce début de freezy month ? Je voulais, avant de partager mes mots de la semaine, vous remercier pour vos commentaires, vos emails et les retours que vous me faites, qu’elle qu’en soit la forme d’ailleurs. J’adore vous lire, lire vos impressions, vos questions, vos partages et vous deviner sourire derrière nos échanges.

Par ici c’est la reprise des séries US, le rangement des nu-pieds et la redécouverte de vêtements qu’on avait oublié dans son placard : c’est aussi les yeux doux pour les dernières lumières ensoleillées, le retour des boissons chaudes (pour ne pas citer de marque haha) et les nouvelles de la saison.

Et celle-ci s’annonce particulière : j’ai fait connaissance il y a quelques jours avec un sentiment d’excitation très singulier. Une amie très proche m’a annoncé son mariage : vous savez, le truc qui vous unit à une autre personne à vie (enfin c’est ce qu’on dit, j’ai pas encore essayé). Je suis plus qu’heureuse pour elle : cette amitié n’est pas de celles qui s’appellent aux mariages et aux enterrements. Le paradis comme l’enfer je dirais.

C’est le genre d’amitié qui se comprend d’un seul regard, qui a partagé les villes et les moments. Celle qui a ri aux larmes, qui a confié, traversé de sacrées routes, connu les nuits blanches et les journées noires. Celle qui a fait la liste des ex un soir de franche rigolade, celle qui est intrinsèque, naturelle, juste là. Celle qui se goinfre comme une petite fille devant les étalages de gourmandises du monde mais qui ne manque pas d’être la plus grande des filles quand il s’agit de texture.

Cette excitation que j’ai ressentie est liée de prime abord à l’événement mais c’est bien au delà : tout d’abord, c’est la première personne très proche qui saute le pas. Et quand je dis très proche, c’est que je pourrai faire un enterrement de vie de jeune fille en invitant tous ses ex. De celui qui a été le premier amour jusqu’au dernier connard. Je viens d’imaginer le stratagème pour réunir tous ces homme(lettes). J’ai vraiment un problème. Parfois.

Plus sérieusement : histoire de rire de nos faux pas. Nos faux semblants. Qu’on lève nos verres à ce qui nous a fait grandir. Ce qui nous a fait grincer le cœur et les dents. Parce que tout passe. Et qu’au final, ne restent que les bons moments. Il n’y a qu’un cœur aigri pour ressasser le malheur.

Le fait est que j’ai vacillé entre la bienveillance qui mesure la décision et l’enchantement de cette nouvelle vie qui s’offre à Y : je n’ai jamais vu ses yeux aussi rieurs que lorsqu’elle parle de lui. Depuis cet homme, j’ai découvert un autre aspect de la personnalité de cette amie. Elle doit sûrement se le découvrir elle-même. Penser à deux. Projeter à deux. S’attarder sur les bébés dans la rue. Utiliser le mot famille. Rire de nos bonnes vieilles traditions marocaines.

Ce que j’apprécie par dessus tout, c’est la sérénité que je ressens lorsque tu me fais part de ces projets, ou dois-je dire, vos projets. Aucune signature ne garantira le bonheur certes, mais il y en a une qui engage vers la voie. Et je pense que signer, c’est se donner la peine d’essayer. Se donner la peine d’essayer. C’est tout dans la vie.

Y, ton futur statut ne changera rien : je serai celle qui te ressortira ces vieilles photos compromettantes que j’éprouve un malin plaisir à visualiser de temps en temps, celle qui t’envoie les vidéos débiles qui traînent sur Facebook (en t’obligeant à les regarder jusque la fin). Toujours ton disque externe au niveau de la mémoire. Celle qui ajoute à ton dictionnaire de bons proverbes de chez nous qui résument bien des discussions. Celle qui te fera rire du pire.

Et je serai surtout celle qui te sourira le jour de ton mariage en étant fière de la revanche de bonheur que tu es entrain de prendre sur la vie.

Chacun son tour. C’est le tien. Hasta la Vista Baby !

Un jour, peut-être, je vous raconterai comment j’ai annulé mon mariage deux semaines avant. Un jour. Peut-être. En attendant, je dois trouver une robe.

A.

Publicités

Un commentaire

Les commentaires sont fermés.