L’élan

Après un opening et quelques rayures, j’ai ouvert cette page blanche en me disant qu’il était tout de même primordial de vous parler de ce qui m’anime au quotidien, ce qui me retient, ce qui transcende mes sens, mes émotions et tout ce qui est rattaché : la danse. Publicités

Une histoire de rayures

Facebook, je t’aime, mais tes likes ne remplaceront jamais un seul compliment verbal, un seul appel téléphonique ou un regard silencieux dans la vraie vie: tu as pour sûr un ciblage indiscutable et une audience plus large que celle qu’on peut croiser au quotidien, mais ton quota « véracité de » reste toujours en suspens. Qui se nourrit de qui au final? Nos vies de toi ou l’inverse? Interdépendance? Obsession?

Opening

J’ai tourné, retourné la question et je me suis dit qu’il était temps d’avoir ce fameux blog, histoire de lâcher les chevaux : j’écris depuis toujours, j’écris autour de tout et de rien, de toi, de moi, des rencontres, de la vie, de la philosophie (à deux balles) à mes heures perdues, de la dernière émotion jusqu’au dernier orgasme culinaire.